Six années depuis que Aranis s’est produit pour la première fois au Triton, l’attente fut longue ! Mais entre les différents concerts en Belgique, en Allemagne, dans divers festivals et les quatre autres albums qu’ils ont sorti depuis, Aranis n’a pas chômé. En 2009 ils sortent “Songs From Mirage” qui apporte un nouvel élément à leur musique, le chant. En 2010 David Kerman joue de la batterie et des percussions sur “Roqueforte”. Pierre Chevalier y joue du piano en invité, il deviendra membre du groupe par la suite. En 2012 ils vont à la rencontre de différents compositeurs belges et “Made on Belgium” voit le jour. Au cours de l’été 2013 ils créent une campagne de financement pour leur prochain album, “Made on Belgium II” qui paraît en octobre 2014.

Made In Belgium II

Quelques mois de retard pour cette chronique du deuxième Made In Belgium. MIB II a été l’occasion pour Aranis de reprendre la route pour travailler et jouer avec d’autres compositeurs belges. Déjà leur sixième album et l’énergie des débuts est toujours intacte: ils ont toujours la capacité de nous émouvoir et de nous surprendre, mais aussi celle de réinventer leur musique. Chaque nouvelle écoute de l’album réaffirme la richesse des compositions du groupe ; c’est bluffant et assez incroyable. Aranis prouve une nouvelle fois qu’ils comptent parmi les meilleurs groupes d’avant-prog et de musique de chambre.

Tout ce que j’aime dans leur musique est présent: la créativité, les côtés cinématographique et incisif, la beauté, le tango… La surprise c’est aussi le chant de Jana sur “Ship XXI” et “Tolles pferd”: à la limite du lyrique, il m’a surpris la première fois mais je l’ai rapidement trouvé superbe et totalement dans l’esprit de la musique. J’ai beaucoup aimé aussi les touches d’humour ajoutées ici et là, notamment sur les deux morceaux cités précédemment.

Même si Aranis II est mon préféré, “Made on Belgium II” est sans doute leur meilleur album et je le trouve aussi très proche de ce dernier au niveau de l’énergie, la dynamique et des sonorités. S’ils semblent être à l’apogée de leur art, de tels musiciens d’exception ne s’arrêteront pas là en si bon chemin. Peut-être une légère touche de saxophone pour le septième album ? ;)

Live report (12-06-2015)

C’est la première fois que je suis sur la guest list d’un groupe, ça me fait encore plus plaisir que ce soit au Triton et pour Aranis. Merci Jana pour les deux places gratuites ! Je suis venu au concert avec mon pote Andreas. Depuis le temps que je lui parlais d’Aranis, c’était l’occasion rêvée. Après une petite bière dans la cour intérieure nous nous dirigeons vers la salle 2 dans laquelle Cro Magnon va jouer le premier set de ce double concert.

Cro Magnon est un groupe qui lui aussi nous vient du plat pays et propose une musique de chambre des plus originales mélangeant folk, jazz et avant-prog. Koen Van Roy, le saxophoniste et clarinettiste du groupe est d’ailleurs un des compositeurs qui a participé à Made In Belgium II.

Malgré mes quelques concerts au Triton je ne suis pas encore allé dans cette salle qui regroupe une section orchestre et un balcon. Elle est suffisamment bien conçue pour profiter du son et de la vue aussi bien en bas qu’en haut. Le balcon étant juste au-dessus, je me dis même que la vue plongeante sur la scène doit être des plus agréables. Nous nous sommes installés devant la scène au premier rang ce qui était juste parfait pour l’apprécier dans son ensemble et avoir les musiciens proche de nous. De gauche à droite nous avons Stefan Coltura au violon, Geert Waegeman à la mandoline et au violon, Chris Carlie à la basse et contre-basse et Koen Van Roy au saxophone et à la clarinette.

Super son, l’acoustique de la salle est parfaite. De même superbe prestations des quatre musiciens, de quoi mettre tout le monde en appétit avant Aranis, mis à part mon voisin de gauche qui manque de s’endormir à plusieurs reprises ! J’ai beaucoup aimé la décontraction, l’enthousiasme et l’énergie avec lesquels jouait le groupe comme s’ils avaient une bande de potes pour public. Koen nous raconte en blaguant que le Triton leur avait dit qu’il n’y aurait personne pour leur concert. Ca faisait quelques temps que je n’avais pas écouté “Zapp!” et “Bull?”, leurs deux albums sortis dans les années 90 mais je n’ai eu aucune difficulté à rentrer de nouveau dans leur univers: folk, country, western, classique… J’adore ce genre de mélange enjoué et leur musique rappelle celles d’autres groupes: Julverne, Die Knödel, L’Ensemble Rayé ou encore The Penguin Cafe Orchestra. Anecdote rigolote: l’un des morceaux joués ce soir porte le nom du lapin que Geert avait eu étant enfant ; le lapin n’avait pas de nom et il n’en a eu un qu’une fois mort. Son nom, “X Race” est la plaque d’immatriculation de la voiture qui l’a écrasé ! J’ai vraiment le sentiment que nous avons été chanceux d’assister à ce Cro Magnon “Revisited”. Ce retour sur scène peut-il laisser présager un nouvel album ? Le set se termine vers 21h10. Un peu avant Koen plaisante en nous racontant qu’Aranis a commencé à jouer mais que la salle est vide !



Direction la salle 1 et le premier rang pour le set d’Aranis ! Les branchements ont déjà été faits et les instruments sont déjà en places. De gauche à droite nous avons le violon de Liesbeth Lambrecht, le piano de Pierre Chevalier dans le fond, l’accordéon de Marjolein Cools au devant et au milieu, la flûte traversière de Jana Arns sur la droite de la scène, la guitare de Stijn Denys et la contrebasse de Joris Vanvinckenroye occupent le fond de la scène. Il y a plus de monde que pour leur premier concert mais la salle est loin d’être pleine, à vrai dire c’est plus agréable pour en profiter dans les meilleurs conditions.

Les lumières s’éteignent, Marjolein, Liesbeth et Jana entrent en scène l’une après l’autre, toutes trois vêtues d’une robe de soirée bleue. Elles portent une sorte de coiffe de paon à la fois élégante et sobre. Elles commencent à jouer l’intro de ce concert. Puis vient le tour de ses messieurs ; Pierre, Stijn et Joris prennent place sur scène. Pantalons et chemises noirs, comme pour ces dames, c’est classe. C’est un autre point que j’apprécie chez eux: la mise en scène du placement jusqu’au costume, rien n’est laissé au hasard. Un plaisir pour les oreilles mais aussi pour les yeux.

Le groupe commence par jouer “Skip XXI”. C’est parfaitement fidèle à l’originale du rire de Pierre en introduction jusqu’au chant de Jana ! C’est une chose de l’entendre chanter sur le disque, c’en est une autre de la voir tenir ces notes juste devant nous sur scène. Superbe. Ils poussent même le vice jusqu’à reproduire les discussions multilingues de la fin du morceau. C’est intimiste et magique, j’ai l’impression de les voir jouer dans mon salon tellement ils sont prêts. Aranis poursuit en jouant “Hit”. Un solo de piano suivi de “Tolles Pferd” et le chant “obscène” de Jana et Pierre (“obscene singing” dans le livret). ;) Les morceaux de “Made in Belgium II” prennent toute leur dimension en live. Les musiciens sont juste époustouflants et font preuve d’une grande musicalité ! Perfection technique, précision et émotion. Quelle claque ! Bravo. “DSK”, “Kablamo”, “Boki II”, “Chanoi” puis “La Vague”, tous les morceaux de l’album sont joués. Pierre se lance dans un autre solo de piano et nos trois musiciennes se placent à ses côtés en l’entourant. “Cell Stress” et “Funambule” viennent conclure ce set en beauté.

Suivent ensuite trois rappels avec chacun un morceau. Et oui, le public en redemande, c’est tellement jouissif qu’il faudrait que ce soit sans fin. “Bulgaar Kort” une version raccourcie de “Bulgarian Flying Spirit Dances II” sur leur précédent album, “Lever in Plakjes” (foie en tranches) issue de Aranis III. Pour le troisième morceau qui n’était pas prévu, Pierre explique avec humour qu’ils ont épuisé leur répertoire et qu’ils vont rejouer un titre déjà entendu ce soir.

Sans trop m’avancer, je pense que tout le monde est ressorti avec un grand sourire sur le visage ce soir-là. Voir Aranis en live ça a quelque chose d’extraordinaire et je connais quelqu’un à Ann Harbor dans le Michigan qui aurait adoré assister à ce concert, n’est-ce pas Dave ? ;)

Update: Unn troisième Cro Magnon existe: “Brosella Suite”, il s’agit d’une collaboration avec un autre groupe. Il apparait en effet sur RYM mais je n’ai pas encore eu l’occasion de l’écouter. “X Race” figure sur l’album d’un projet parallèle de Geert Waegeman, Pollaroid Patsi. Merci à Stéphane de Traverses Mag pour ces informations.