Ganjin est un projet avant-rock réunissant Frantz Loriot à l’alto, Hugues Vincent au violoncelle et Yuko Oshima à la batterie. L’album “Healing” est sorti en août 2013.

Quel est le son de ce curieux trio ? François Couture les compare très justement à Volapük. Pour ceux qui ne connaissent pas, Volapük était un groupe français d’avant-prog et musique de chambre. Jetez-vous sur n’importe lequel de leurs albums si vous voulez écouter quelque chose d’original et de différent. L’approche de “Healing” est plus expérimentale et vous balade entre jazz, improvisation, musique contemporaine et rock tout en ayant recours à des riffs et autres sons saturés. Deux exemples parfaits de leur musique sont les morceaux “Healing” et “Go Ju Go gurai…”. Le premier ouvre l’album de façon minimaliste puis vire rapidement dans une fusion entraînante et rythmée. Le second ferme l’album en commençant par de l’improvisation jazz, le changement est donné à deux minutes lorsque les instruments à cordes ravissent nos oreilles d’une belle mélodie traditionnelle, puis à quatre minutes trente cymbales et batterie accélèrent le rythme et deux minutes plus tard vous balancez votre tête en écoutant ces riffs hallucinants qui donnent l’illusion d’une guitare ! Mais ne vous arrêtez pas à ces deux morceaux, car c’est l’album entier que vous devez écouter. Génial et surprenant.

Si vous êtes intéressés, le plus simple est de contacter Frantz ou Yuko pour vous procurer le disque.