Le cadre est donné: le Trianon dans le XVIII ème, la grande classe. Clint Mansell se produit avec son groupe. L’occasion étant assez rare, je ne pouvais pas laisser passer cet événement. La scène accueille de gauche à droite le batteur, un premier guitariste, un second guitariste, une pianiste et le Sonus Quartet. Clint au devant et au milieu de cette espace officie aux claviers et contrôle un MacBook. Il sortira sa guitare électrique à deux reprises pour “The Wrestler” et pour “The Fountain”. Le Sonus Quartet est un quatuor pour cordes composé de deux violons, d’un violon alto et d’un violoncelle. Un grand écran est utilisé pendant le concert pour projeter des images provenant des films ou d’autres sources.

Le concert commence par “Pi” qui est comme le rappelle Clint en introduction, sa première collaboration avec le réalisateur Darren Aronofsky. Des images du chef d’œuvre en noir et blanc apparaissent en rythme sur la toile de cinéma. les va-et-vient du mathématicien jusqu’à l’atmosphère de mystère et de paranoïa du film, tout y est.

En tant que compositeur Clint Mansell préfère travailler sur des bons films qui lui parlent et laisser de côté les “shits movies” selon ses termes. Mais il reconnait aussi que comme tout musicien il peut lui arriver de produire des travaux qui ne conviennent pas. Ainsi le morceau suivant a été écrit pour le film “Definitely Maybe” mais n’a finalement pas été retenu.

Les musiciens interprètent ensuite “Moon” et “Noah”. La musique de “Moon” est ponctuée de superbes images de ciels étoilés, de paysages déserts.

Lorsqu’il travaille sur un projet de bande originale Clint explique qu’il ne peut pas imposer ses idées au film. C’est plutôt le contraire, le film décide et tu dois écouter ce qu’il a à dire afin que la musique colle au script et aux images. Ainsi les premiers essais pour “Requiem for a Dream” se sont révélés difficiles car il peinait à trouver la juste musique. Le déclic est enfin venu quand Darren et lui se sont réunis un weekend pour travailler. Le groupe joue la musique de “Requiem for a Dream”, sans doute l’un des moments les plus attendus et intenses du concert. Qui n’est pas ressorti indemne de la salle de cinéma après avoir vu le film ? Ce film est une pure expérience sensorielle et la musique y joue un grand rôle.

Puis viennent “The Wrestler” et “Last Night”. Pour ce dernier la réalisatrice était tombé amoureuse de “Not at Home”, une chanson de Peter Broderick et décida de l’utiliser pour le générique de fin. Or le morceau dénotait avec la musique composée par Clint Mansell pour le film au point qu’on avait l’impression d’un autre long métrage. “Not at Home” est à l’origine un morceau pour guitare acoustique a lors que la bande original de “Last Night” a été écrite pour un piano. Le problème s’est résolu assez facilement car Peter Broderick est venu chanter ses paroles sur la musique de Clint. Les musiciens reprennent le résultat de ce travail et Peter chante “Not at Home” sur l’écran.

“The Fountain” vient conclure cette soirée en apothéose. D’ailleurs Clint dit lui même que c’est une de ses B.O. préférées. Je suis bien d’accord avec lui. J’avais déjà eu l’occasion de voir le Kronos Quartet jouer “Death is the road to awe” en mai 2007 au Théâtre de la ville et j’en garde un super souvenir. Ce soir la première chanson est “Stay with me”. Elle est accompagnée par la diffusion d’un court métrage animé. Le groupe jouent deux autres chansons de la B.O.. J’ai un doute sur ces deux morceaux. Peut-être “Tree of Life” ou “First Snow” pour le premier et “Finish it” ou “Death is the road to awe” pour le second. Splendide ! On en redemande mais les lumières se sont rallumées pour de bon malgré les tonnerres d’applaudissements. Peut-être un poil trop court mais c’est bien là mon seul reproche.

Après le concert Clint se rend même disponible au stand pour une séance de dédicace. Un concert grandiose, une poignée de main et un autographe, quelle belle soirée !